Archives de Tag: Martine Aubry

Le Sarkoshow vu de l’UMP

Nicolas Sarkozy tarde à se déclarer, son parti prépare le terrain. Crédits : U-m-p.org

Le Cercle de l’Info s’est invité, hier soir, à la soirée « live-twitter » des Jeunes Populaires au siège de l’UMP. Les jeunes du parti présidentiel avaient été conviés à réagir en direct sur Twitter à l’interview de Nicolas Sarkozy. Au menu : des pizzas, du rosé, des éclats de rire, des applaudissements, mais aussi des huées, et « l’interdiction de parler aux journalistes ».

Le rendez-vous est pris à 19h30. La salle de l’inter-étage est remplie à 20 %. Des jeunes BCBG d’environ 24 ans branchent leurs iPads et micro-ordinateurs sur les prises prévues à cet effet. Tout doit être prêt pour commencer à tweeter dès 20h10. Peu de femmes dans les travées. Aucune personne de couleur.

« Le hashtag c’est Sarkozy pas Sarkoshow », rappelle un trentenaire, barbe de trois jours et jean-baskets. Pour se connecter au wifi, il faut rejoindre le profil « presse ». Des militants avouent ne pas comprendre. Et le responsable de revenir : « Je vous rappelle que vous avez l’interdiction de parler aux journalistes ».

Les nouvelles têtes d’affiche du parti viennent alors serrer la main des e-volontaires. Les députés Valérie Rosso-Debord, Jérôme Chartier, Franck Riester et Sébastien Huygue sont là, comme le sénateur Roger Karoutchi. L’ancien syndicaliste Bruno Beschizza lance un général « Ca va les djeun’s ? ». Un petit tour et puis s’en va dans une autre salle.

Christian Jacob, le patron des députés UMP à l’Assemblée nationale, monte à la tribune : « Vous êtes chauds ? Ce que vous faites est formidable ! On a besoin de vous ! » Silence. « Les pizzas arrivent ! » Tonnerre d’applaudissements.

Ambiance studieuse

20h10 : le direct de l’Elysée commence. Les adhérents sont sérieux. Pas de bavardages. Les Pizza Hut et les bouteilles de rosé se passent de table en table. Une militante devant traîne sur Facebook. Le jeune qui twitte pour le compte « Jeunes UMP » va sur le site la-conjugaison.fr.

Nicolas Sarkozy tacle François Hollande sans le nommer : « Les Français n’aiment pas qu’on leur propose des rêves bon marché ». Et ses amis de s’exclamer derrière : « Et tac, bien envoyé ! » Le chef de l’Etat n’oublie pas Martine Aubry : « Les 35 heures sont tellement efficaces que personne ne les a oubliées ». La petite phrase fait rire aux éclats l’assistance.

Le journaliste Jean-Marc Sylvestre arrive, lui aussi, à faire sourire les militants. Son « roh bah » est repris en chœur par le public, la bouche en cœur. Les adhérents n’oublient pas non plus d’applaudir le Président lors de ses quelques moments d’humilité : « Le jour où vous pensez que tout est acquis, c’est là où vous perdez » et  » J’ai connu les ravages de l’arrogance ».

La réponse à Alain Madelin : « Je n’adhère pas aux thèses du libéralisme », provoque, en revanche, des huées du côté gauche de la salle. 21h17 : le logo UMP s’incruste sur les écrans. Le spectacle est terminé. Les équipes repartent chez elles, les mines ni défaites ni satisfaites.

César Armand

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter

Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Hollande dénonce l’absence de « cohérence » de Sarkozy

François Hollande a dévoilé son slogan hier. Crédits : Le Parisien.fr

A l’occasion de l’inauguration de son QG de campagne avenue de Ségur (Paris 7ème), et au lendemain de ses hésitations sur le quotient familial, le candidat socialiste a fustigé, hier, les promesses non-tenues et intenables du Président.

« Le candidat sortant avait voulu faire de la sécurité un exemple ? Eh bien, c’est un contre-exemple ! », dénonce François Hollande à la tribune. Il tient en effet à préciser que « les violences aux personnes ont augmenté de 20 % depuis 2007 », soit depuis que Nicolas Sarkozy est chef de l’Etat.

Le candidat socialiste ne comprend pas d’ailleurs pourquoi des sommes sont prévues pour les prisons, et non pour l’éducation : « des promesses déjà contestables au plan financier ! » s’exclame-t-il. Pour lui, la solution réside en deux propositions : un meilleur accompagnement des jeunes délinquants et l’ouverture d’établissements pénitentiaires supplémentaires.

La taxe Tobin qui doit être votée ? « Il suffit de faire application d’un texte qui avait déjà été voté », rappelle François Hollande sous les yeux de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin. La défiscalisation des heures supplémentaires qui s’était inscrite dans le slogan et projet du « Travailler plus pour gagner plus » ? Le socialiste n’est pas « favorable à ce que l’on continue ». Au contraire, il veut « renforcer les moyens de Pôle Emploi » afin de lutter efficacement contre le chômage.

Le bouclier fiscal, mesure emblématique du quinquennat du Nicolas Sarkozy, et la réforme de l’ISF en avril 2011, sont également à jeter au trou. « Belle logique où les cadeaux des uns sont payés avec le travail des autres ! », ironise François Hollande, qui juge aussi que « l’injustice a été la marque du président sortant ».

Celui qui aspire au « changement, maintenant », chercherait-il à imiter Lionel Jospin, candidat socialiste en 2002, qui rêvait de « présider autrement » ?

César Armand

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter

Tagué , , , , , , , , , , , , ,