Archives de Tag: t

Georges Caudron, l’acteur aux 2000 voix

G.Caudron, au centre, avec S.Culp et D. Duchovny. Skyrock.com, RSdoublage.com, celebuzz.com

Si son visage vous est inconnu, sa voix vous sera familière. Georges Caudron est la voix française de David Duchovny (Fox Mulder dans X-Files, Hank Moody dans Californication), Steven Culp (Rex Van De Kamp dans Desperate Housewives) et John Hannah (Jonathan Carnahan dans La Momie). Doubleur et directeur artistique, l’acteur de 59 ans spécialisé dans la synchronisation depuis vingt ans, nous raconte son métier qui « n’est pas du karaoké ».

Vous avez suivi une formation d’acteur aux cours de Jean-Laurent Cochet et à ceux de l’Ecole de la rue Blanche, comment en êtes-vous venu au doublage ?
J’ai d’abord joué au théâtre, puis dans des téléfilms. Mais je n’aimais pas me voir à l’écran, je préférais jouer les seconds rôles. Un jour, on m’a proposé de faire de la synchronisation. Ce fut une révélation. Le doublage c’est le paradis car on peut jouer un introverti, un jeune, un vieux, un gros, un maigre. On multiplie les personnages mais aussi les genres : le lundi on fait un film, le mardi un documentaire, le mercredi un dessin-animé…

C’est aussi rapide que cela la synchronisation ?
En réalité, ça change à chaque fois. Pour le film JFK d’Oliver Stone, où je double l’acteur Vincent D’Onofrio (le personnage de Bill Newman NDLR), il a fallu trois mois de travail. En comparaison, on fait trois épisodes de Californication en deux jours.

Dans Californication justement, vous retrouvez David Duchovny, que vous aviez déjà doublé dans X-Files. C’est une longue histoire vocale entre vous.
La première fois que je l’ai doublé, c’était dans Beethoven en 1992. Il jouait le méchant. Après, il y a eu X-Files qui a duré neuf ans de ma vie. En 2001, je l’ai rencontré durant sa tournée promotionnelle pour le film Évolution. Il est sympa et volubile, à l’image de Hank Moody dans Californication. Je continue d’ailleurs de le doubler pour la cinquième saison de cette série.

Neuf saisons de X-Files, cinq de Californication, David Duchovny a plus de chance que Steven Culp, dont le personnage de Rex Van De Kamp est mort au terme de la première saison de Desperate Housewives. Étiez-vous triste de cette disparition ?
J’étais d’abord stupéfait car on ne s’y attend pas dans le déroulé de la saison 1. J’aimais beaucoup son rôle ambigu : père de famille modèle le jour, amant qui se fait piétiner avec des talons aiguilles la nuit. J’étais aussi un peu déçu mais nous ne sommes pas propriétaires des personnages que nous doublons. Et puis j’ai déjà redoublé Steven Culp six fois depuis Desperate Housewives.

Six fois ? Mais combien de personnages avez-vous doublé depuis le début de votre carrière ?
J’ai la chance de travailler régulièrement pour un intermittent du spectacle. Il peut m’arriver de doubler deux personnages dans la même journée. Je n’ai jamais calculé mais, en vingt ans, j’ai dû en doubler deux mille.

Deux mille personnages et votre voix n’est pas fatiguée. Comment faites-vous ?
Je fais quelques exercices de prononciation avant d’aller en studio mais je ne la travaille pas plus que ça. Finalement, c’est la fonction qui fait l’organe. Le jeu de l’acteur me permet de lui donner la voix française qu’il faut. C’est une sorte de schizophrénie mimétique où il faut être le plus sincère possible.

Malgré cette sincérité, de nombreux spectateurs préfèrent visionner les films en version originale, cela vous étonne ?
Je suis pour une critique objective. Il y a des films qui sont vraiment mal doublés, surtout lorsque ce sont des animateurs, chanteurs ou Miss France dont ce n’est pas le métier qui s’y collent. Par contre, je trouve que les films d’action sont mieux en version française car on peut se concentrer sur les effets et l’action. 

De l’action il y en a dans Assassin’s Creed 2 – Brotherhood où vous doublez la voix du personnage virtuel Shaun Hastings. Quelles sont les spécificités de doublage pour un jeu vidéo ?
C’est très ennuyeux. On répète mille fois les mêmes mots. On se colle sur la voix anglaise sans voir la situation ni la façon dont les personnages virtuels se comportent, c’est très frustrant. Après j’adore tout ce qui diffère de mes habitudes, donc je prends ça comme une récréation.

Pour finir, quel est le rôle que vous avez pris le plus de plaisir à doubler ?
Jonathan Carnahan dans la saga La Momie. Il est anglais, bizarre et rigolo. C’est le plus proche de ma vraie nature.

Anne-Sophie Warmont

Suivez-nous sur Facebook et sur Twitter

Publicités
Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , ,